Caroline vous emmène…

 

Le doux bruit des sirènes de police, un yuppie un peu trop confiant qui hèle un taxi jaune, l’odeur enivrante de la caféine et Bruce Willis qui court en débardeur au milieu des gratte-ciels… On dirait que vous êtes à New York, non?

Terrain de jeu préféré de Martin Scorcese et Woody Allen, la Grosse Pomme est devenue une référence cinématographique incontournable. Aujourd’hui les stéréotypes véhiculés par l’industrie hollywoodienne sont profondément ancrés dans l’inconscient collectif et la simple évocation de la mégalopole éveille en vous des envies de chai tea latte et de bretzel géant au sommet de l’Empire State Building…

***

Que faire à New York? Les plus beaux clichés du cinéma:

Pour votre première visite de la ville qui ne dort jamais, nous vous proposons de voir les choses en grand et de réinterpréter à votre manière ces scènes qui vous ont marquées.

  • Première étape, vous dégoter un frapuccino à emporter – un Venti de préférence – et vous mettre en route. Prenez votre temps, les New Yorkais marchent plus vite que vous ne courez, ne l’oubliez jamais…
  • Laissez ressurgir la Audrey Hepburn qui sommeille en vous lors d’une session shopping sur la 5e La plus célèbre artère de Manhattan regorge d’enseignes huppées où satisfaire vos pulsions d’achat.
  • Levez-vous à l’aube pour contempler la skyline depuis le Brooklyn Bridge durant l’heure dorée. Construction iconique, ce dernier est souvent le premier affecté par les scénario catastrophes, tels Independance Day, Cloverfield ou Armageddon… Un jour de semaine, au petit jour, le seul danger auquel vous serez confronté sera probablement une horde de joggers invétérés. Prenez garde à les esquiver en traversant l’East River.
  • Prochaine étape : Central Park, le poumon vert de la ville. Pour se fondre dans la masse, plusieurs options s’offrent à vous : nourrir les écureuils, participer à une session de tai chi en plein air ou vous donner de faux airs de Diane Keaton sur une gondole.
  • « Je vais prendre la même chose qu’elle ». Devenu incontournable, le Katz’s Deli propose de délicieux sandwiches au pastrami dont raffole Meg Ryan.
  • En parlant de pastrami… à quelques blocs de là, vous pourrez trouver l’appartement de Joey Tribbiani à l’angle de Grove Street et de Bedford Street, dans le quartier de West Village.
  • Si vous vous arrêtez au cœur de la mythique gare de Grand Central en heure de pointe, peut-être aurez-vous l’occasion d’assister à un flash mob ou à une demande en mariage au milieu de la foule.
  • En contournant quelques bouches d’égout fumantes, vous devriez déboucher sur la Rockefeller Plaza. A l’approche de Noël, il vous sera difficile de vous frayer un chemin jusqu’au sapin géant et la voix de Mariah Carey risque de retentir à jamais en vous mais vous devriez pouvoir enfiler vos plus beaux patins, siroter un verre de vin chaud et déguster un cornet de marrons.
    Profitez-en pour monter au « top of the Rock » et contempler l’Empire State Building au coucher de soleil.
  • Si d’ailleurs vous vous donnez rendez-vous sur le plus célèbre des gratte-ciels, on espère que vous n’aurez pas à attendre votre Tom Hanks aussi longtemps que dans Nuits blanches à Seattle.
  • Direction le site le plus touristique de NYC, j’ai nommé Times Square. Comme dans toute bonne comédie romantique, on vous souhaite de vous perdre dans la foule et d’attendre la montée de la boule d’argent le 31 décembre à minuit.
  • Impossible de rejouer les scènes les plus mythiques en faisant l’impasse sur le match de baseball… De préférence au Yankee Standium, en supportant l’équipe des Yankees un hot dog à la main et une casquette sur la tête.
  • Si vous n’avez pas réussi à obtenir votre ticket pour le MET Ball, vous pouvez toujours vous cultiver au Metropolitan Museum of Art le reste de l’année. On sait que vous l’avez aperçu dans Hitch et Coup de Foudre à Manhattan…

De Staten Island à Brooklyn, en passant par le Queens, Manhattan et le Bronx, New York ouvre le champ des possibles.
Mean Streets, Eyes Wide Shut, Black Swan, Cosmopolis ou encore le Loup de Wall Street ne sont que des regards sur la ville, des prismes qui nous donnent accès aux éclats d’une réalité qui ne saurait être appréhendée.
Aussi, New York ne se résume pas à ces clichés mais l’idée que l’on s’en fait influence nos choix et contribue à la magie du voyage.