Mange, prie, aime : Apprendre à réaimer Bali

 

Caroline vous emmène…

 

Pied-à-terre des surfeurs professionnels, refuge des yogis en herbe, domicile secondaire des Australiens en quête d’exotisme, Bali s’est progressivement imposée comme la destination phare des influenceurs. En vous promenant sur l’île, vous vous retrouverez rapidement encerclé de petits blogueurs chaussés de Stan Smith, une paire de Snapchat spectacles sur le nez et un smoothie detox supplément spiruline à la main. Ces dernières décennies, le tourisme s’est considérablement développé en Indonésie : chaque start-up, chaque échoppe s’efforce de tirer profit du caractère instagramable de toute chose. Au point qu’il est presque impossible de trouver un coco frais sans qu’il ne soit estampillé du sceau du bar du coin.

***

Infiniment petit, infiniment grand…

L’authenticité qui faisait le charme de Bali semble bien loin, spécialement à la sortie du terminal lorsque l’on se voit apostrophé par une vingtaine de chauffeurs de taxi, prêts à tout pour décrocher la course.
Oui, au sortir de l’aéroport, l’hospitalité et la bienveillance des Balinais n’est peut-être pas la première chose qui saute aux yeux mais nous allons vous prouver que par-delà cette façade, la magie opère toujours…

Votre mission, si vous l’acceptez, trouver un coin isolé où poser votre serviette en heure de pointe sur une plage de Kuta… Si vous y parvenez, les probabilités qu’une passante surgisse et se mette à vous masser de manière inopinée sont fortes, c’est ça aussi l’ambiance pittoresque de Bali. Relativisez en vous disant que vous avez bien mérité ce petit interlude de relaxation et qu’il ne vous en coûtera que quelques roupies. Par ailleurs, c’est un bon moyen d’apprendre à négocier sur le tas, pratique qui vous sera d’une grande utilité tout au long du séjour. Il vous faut apprendre à marchander pour éviter de vous faire avoir dans un premier temps et ne pas décevoir votre interlocuteur qui, lui, se prête volontiers au jeu.

Enfin, pour vous mettre directement dans le bain, sachez que la corruption est une autre différence culturelle à laquelle vous pourriez avoir du mal à vous familiariser… Négocier une amende, obtenir un passe-droit, il semble que ce soit monnaie courante.
Bien que tout le monde perçoive les failles liées à l’affluence touristique, tous s’accordent néanmoins à reconnaître que Bali a su conserver cette petite spécificité intrinsèque, à lui concéder une certaine étincelle, un pouvoir indéfinissable.

Le Bali de Julia Roberts

Des étendues de sable banc à perte de vue, une petite fille qui joue au bord de la rizière, un fruit du dragon bien juteux, une fleur de frangipanier qui s’épanouit au petit jour, l’image que l’on se fait de Bali n’est pas si éloignée de la réalité… Le mythe est bien réel, il est simplement quelque peu altéré par la quantité d’êtres en plein cheminement spirituel qui y affluent chaque année.

Elizabeth Gilbert n’y est pas étrangère. Qui n’a pas un jour envisagé de tout quitter et de partir s’installer à l’autre bout du monde pour s’y ressourcer, méditer, se recentrer sur soi, et réapprendre à vivre ? C’est ce sur quoi repose « Eat, Pray, Love », le best-seller de l’auteur. Le succès incommensurable du roman a bien entendu contribué au développement touristique de l’île.
Autrefois si paisible, ce petit paradis esseulé connu des surfeurs expérimentés seuls s’est soudainement vu abordé de milliers d’âmes perdues en quête de réponses. Ce phénomène a pris une telle ampleur qu’aujourd’hui les Balinais les surnomment les « EPL’s ».

L’adaptation cinématographique n’a fait que renforcer cette dynamique et de nombreux circuits se proposent aujourd’hui de retracer l’introspection de la protagoniste. Peut-être trouverez-vous votre Javier Bardem à votre tour et aurez-vous l’opportunité de vous faire lire les lignes de la main par Ketut.

L’île des Dieux

S’il est bien un domaine qui a su conserver toute son authenticité, c’est bien la religion. Seule île hindouiste au sein d’un pays majoritairement musulman, Bali fait figure d’exception. Ne sentez-vous pas cette douce odeur vous titiller les narines ? Tout autour de vous se répand cette fragrance d’encens, destinée à diriger les prières vers l’océan. Il vous suffit de prêter attention à ce qui vous entoure pour être transporté.

Là, au détour de chaque allée, sur la plage, votre scooter, une étagère ou sur le basalte sont disposées de petites offrandes à toute heure du jour. Tressées en feuilles de bananier, ces dernières contiennent des fleurs, de l’encens et même quelques friandises. Joliment composées, elles ravissent l’œil et embaument l’air. Selon l’usage, elles servent à remercier les dieux lorsqu’elles sont déposées en hauteur et à apaiser les démons lorsqu’elles se trouvent à même le sol.

N’en déplaise à certains, Bali la spirituelle est propice à la méditation. Tout ici suscite l’intérêt, évoque l’immatériel, invite à la réflexion. Oui, quiconque souhaite effectuer une véritable retraite spirituelle se trouvera en terre hospitalière. Les sites consacrés au culte sont nombreux et hospitaliers, à l’image du célèbre temple Pura Tirta Empul où les Balinais viennent faire leurs ablutions aux fontaines du bassin dans le but de purifier leur âme.

Evidemment, au-delà de l’aspect religieux, les temples et sanctuaires attestent de l’importance octroyée à la beauté. Quelle que soit votre confession, l’immensité du monument, le culte qui l’entoure et l’attention portée au détail ne pourront vous laisser indifférent.

S’approprier son voyage

Bien que Bali soit devenu un lieu hautement prisé des voyageurs, il n’appartient qu’à vous de vous approprier chaque instant. Incontestablement, il vaut mieux s’éloigner des zones les plus fréquentées mais vous vous apercevrez rapidement que même les moments passés à attendre devant un temple sont loin d’être dérisoires. C’est un peu comme faire la file pour le Space Mountain, on sait que le jeu en vaut la chandelle. Il ne vous reste plus qu’à ruser un peu et à prendre la vie comme un Fast Pass…

Votre voyage doit être à votre image : peut-être qu’il vous importe peu de faire la queue pour immortaliser votre envolée sur une balançoire géante mais peut-être serait-il dommage de vous priver d’une escapade en plein cœur de la nature avec nourriture à volonté pour 30€ par personne ? Bali Swing s’avère être un charmant petit cocon où il fait bon s’évader à la journée. C’est à vous d’établir vos priorités mais visiter un site touristique n’implique pas nécessairement de renoncer à toute part d’authenticité.

Il en va de même pour la Monkey Forest. Bien que des centaines de personnes y défilent chaque semaine, ne vous privez pas d’un instant de complicité avec un petit singe sous prétexte que ce soit mainstream. Par contre, mieux vaut vous prévenir, cette relation pourrait s’avérer à sens unique… Les macaques, aussi mignons soient-ils, ont une fâcheuse tendance à la cleptomanie compulsive, veillez à ranger vos effets personnels dans le compartiment situé sur votre dos… L’important est de toujours s’assurer que votre destination ne cautionne aucune maltraitance animale et laisse ces mammifères évoluer dans leur milieu naturel.

Bien qu’elle se soit fortement popularisée depuis la sortie du blockbuster américain, Ubud demeure une ville d’artistes à l’esprit bohème. Axée sur la culture, elle s’est progressivement occidentalisée. Aujourd’hui, les centres de yoga côtoient les bars à ciel ouvert et on peut trouver un Chaï Tea Latte à chaque coin de rue.

Si vous avez un faible pour ce genre d’endroits, foncez vers Canggu. Fortement influencée par l’Australie, la ville est le repère incontestable des blogueurs. Un pouf en terrasse, une piscine à débordement, un restaurant hype/vegan/healthy… Aucun doute sur la qualité des clichés que vous pourrez prendre !

Uluwatu demeure quant à lui le spot privilégié des surfeurs, l’esprit y est plus authentique, plus brut. C’est un charmant compromis entre la frénésie de Kuta et la sérénité de la campagne. De nombreux festivals s’improvisent aux quatre coins de la ville chaque semaine.

L’éveil des sens

Paradis du spa et du centre de relaxation, Bali vous donne la rare occasion de profiter d’un massage en profondeur pour trois fois rien. Profitez-en pour vous exfolier au sel marin, vous hydrater au yaourt, vous enrober d’une couverture chauffante et vous relaxer dans un bain couvert de pétales, ça fait aussi partie du voyage !

L’exaltation des sens passe également par l’éveil des papilles, l’Indonésie regorge de spécialités culinaires à côté desquelles vous ne pouvez passer. Un petit fruit à la peau de serpent, du soja fermenté, des épices et du riz, vous en verrez de toutes les couleurs. Pour être sûr de ne pas uniquement garder ses saveurs en mémoire, essayez-vous à un cours de cuisine. Le nasi goreng, le dadar gulung et le nasi campur n’auront plus de secret pour vous…

***

Bali n’a pas véritablement de face cachée : la pollution, la corruption et le tourisme de masse sont immédiatement perceptibles. Toutefois, en dépit de tout cela, l’île exerce toujours son pouvoir d’attraction, difficile de lui résister. Symbiose de l’Orient et de l’Occident, elle a perdu de son innocence mais garde tout de son authenticité. Ici tout se monnaye mais les sourires, l’affabilité et la bienveillance sont toujours sincères.
Un monde sépare la vie nocturne de Kuta des grands lacs de Munduk mais c’est précisément cette combinaison qui fait la richesse de Bali.

2019-05-20T14:48:51-10:00