Un mouton, deux moutons, trois moutons… Vous vous êtes assoupi ? Bienvenue en Nouvelle-Zélande, le pays où il fait bon paître sur les collines. Pour chaque habitant, ce sont six petits nuages blancs qui gambadent dans les prés, soit environ vingt-huit millions.

La région d’Auckland compte d’ailleurs plus d’habitants que l’ensemble de l’île du Sud. Une fois vous être frayé un chemin dans les embouteillages, vous aurez tout le loisir de déambuler au cœur des pâturages de la Terre du Milieu.

Les kiwis peuvent se targuer d’être les premiers à voir le jour. Située à 496km du premier fuseau horaire, la commune de Gisborne, sur l’île du Nord, est la première ville au monde à voir l’aube.

Où que vous soyez, la mer n’est jamais très loin, jamais à plus de 128km en tout cas.

Vous pensiez que San Francisco détenait le record du footing le plus sportif ? Essayez donc la rue Baldwin de Dunedin et sa pente à 35%.

La Nouvelle-Zélande aime les paradoxes, c’est peut-être pourquoi la Royal New Zealand Air Force a choisi pour emblème le kiwi, un oiseau incapable de voler…

Si vous êtes en road trip et que votre budget 4G est plutôt serré, faites une halte aux abords d’une cabine téléphonique. Certaines d’entre elles vous permettent d’accéder à 1go par jour en transmettant le wifi via un opérateur, comme Spark. C’est un peu rudimentaire mais c’est toujours pratique.

Qu’est-ce qui est grand, robuste, court sur la pelouse et fait plus de bruit qu’un troupeau de moutons? Un All Black. Si le pays ne manque pas d’espaces verts, les Néo-Zélandais ont jugé bon de parsemer chaque ville de terrains de rugby afin de faire vivre la discipline nationale.

Contrairement à son voisin australien, la Nouvelle-Zélande est dépourvue de serpents, de scorpions ou autres insectes venimeux. En revanche, elle est habitée par les sandflies, de charmants petits moucherons qui évoluent dans les endroits humides et piquent tout ce qui bouge.

Top ! Je suis un petit animal malicieux, joufflu, coloré et qui ne manque pas d’air. J’utilise mes teintes vertes et orangées pour attirer les regards et mon petit bec coloré pour venir à mes fins, je suis ? Je suis ?… Le kea !
Originaire de Nouvelle-Zélande, ce petit perroquet a un lourd casier à son actif. Vol, agression, racket, il n’en n’est pas à son premier délit. Peut-être l’avez-vous-même aperçu à la télévision ou dans votre fil d’actualité… Connu des forces spéciales pour arracher les essuie-glaces et les joints en caoutchouc plus vite que son ombre, ce petit oiseau sème la discorde là où il passe. Dernière infraction en date : le déplacement de cônes de signalisation aux abords du tunnel Homer de Fiordland. Les perroquets attendaient que les ouvriers désertent le chantier pour déplacer les plots et ainsi quémander de la nourriture aux voitures forcées de ralentir. Attachants et en voie de disparition, ces petits animaux se sont vu installer des aires de jeu spécialisées destinées à détourner leur attention : les « kea gyms ». Bouées, échelles, balançoires, ils peuvent s’en donner à cœur joie et laisser les riverains en paix.

La terre du long nuage blanc abrite de nombreuses espèces endémiques, toutes plus mignonnes les unes que les autres, à l’instar du dauphin Maui, l’espèce la plus petite au monde, et des centaines d’espèces de pingouins qui n’existent nulle part ailleurs.

Certains animaux sont beaucoup moins mignons en revanche, surtout lorsqu’ils traversent la route sans crier gare. Oui, on veut parler des opossums… On en compte vingt par habitant, soit deux fois plus que les moutons, et sous leurs airs de peluches ces derniers n’hésitent pas à manger les œufs des oiseaux menacés.

Pionnier en ce qui concerne les droits des femmes, le pays se veut profondément progressiste, en dépit de son éloignement géographique. Ce fut le premier état autonome au monde à accorder le droit de vote aux femmes, en 1893, soit bien avant la plupart des pays occidentaux.

Fondamentalement gentils et bienveillants, les Néo-zélandais estiment l’intégrité et la transparence, c’est pourquoi on voit fleurir le long des routes de charmants petits abris en bois, c’est ce que l’on appelle les « honest boxes ». A l’intérieur, se cachent des œufs, des fruits, des livres ou des biscuits, il suffit de se servir et de déposer la somme indiquée dans la boite, ou de laisser la somme de votre choix lorsque vous y êtes invités.

Les Néo-Zélandais sont également précurseurs en matière de communication, se furent notamment les premiers (et toujours les seuls) à présenter le bulletin météo en langage elfique. Il aura fallu attendre 2012 pour que Tolkien fasse la pluie et le beau temps.

***

Faites-nous part des éléments qui vous ont marqué lors de vos voyages chez nos voisins maori, la liste est encore longue…